Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 11:59

La petite poule qui voulait voir la mer de Christian Jolibois et Christian Heinrich chez Pocket jeunesse 

c9d281f19dfd1d7338bffb6a64fb35a6.jpg
"Pondre, toujours pondre ! Il n'y a pas que ça dans la vie ! Moi, je veux voir la mer ! " s'écrie Carméla, la petite poule blanche. Son père, le coq, n'a jamais rien entendu d'aussi fou. " File au lit ", ordonne-t-il à la poulette. Mais Carméla n'arrive pas à s'endormir..."

 

Carméla est une petite poule blanche qui donc en a marre de tourner en rond dans son poulailler. Elle veut voir la mer !

Elle part. Et durant son voyage, elle va vivre des moments fous ! Sauvés par Christophe Colomb, elle acoste sur une île peuplée de poules rousses. Carméla va trouver l'amour !!

C'est une série. On peut retrouver les Petites Poules dans d'autres aventures :

cc92aca7e6c1cee296bdfb254a5e12dc.jpg1a52aa81fb5a6d61d7920e029e249552.jpg2014dcc63fb287eaaceb7e7f6ec513c1.jpg

 

 

 

 

 

J'adore ces petites poules. A la fois pour les illustrations et pour les histoires. Les poules sont vraiment choupinettes et les histoires peuvent être lues aux enfants, lues par les enfants et lus par les parents !

(archive de l'ancien blog)

Repost 0
12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 11:56

Shutter Island de Dennis Lehane chez Rivages

102c5983643b861152835615d46f5f49.jpg"Nous sommes dans les années cinquante.
Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island se dresse un groupe de bâtiments à l'allure sinistre. C'est un hôpital psychiatrique dont les patients, tous gravement atteints, ont commis des meurtres.

Lorsque le ferry assurant la liaison avec le continent aborde ce jour-là, deux hommes en descendent : le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule. Ils sont venus à la demande des autorités de la prison-hôpital car l'une des patientes, Rachel Solando, manque à l'appel. Comment a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'extérieur ?"

Mon premier Dennis Lehane.
Un polar perturbant et presqu'étouffant... On se laisse prendre au piège jusqu'au bout. (voir plus)

L'île devient une vraie prison pour ce flic, Teddy Daniels. Et se mêlent à l'évasion d'une prisonnière, ses souvenirs du passé qui le hantent...  Comme lui on se perd dans les suppositions, on se demande qui croire et de qui douter...

Hâletant et prenant ce polar est vraiment réussi ! ;)

(archive de l'ancien blog)

 

Repost 0
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 11:51

La Vérité et ses conséquences d'Alison Lurie chez Rivages

7ac015d50fd9fae2b484aa176970e3ae.jpg"Jane est au jardin lorsqu'elle aperçoit un homme se diriger vers elle. Qui est cet inconnu ? Son propre mari qu'elle ne reconnaît plus. Alan, certes, a changé. Brillant, sportif, et séduisant jusqu'alors, il s'est transformé suite à un accident de volley-ball, en époux morose et plaintif. Après des années d'un mariage heureux, la relation tourne à l'animosité feutrée.

Un couple extrêmement différent entre alors en scène. Delia Delaney, écrivain, est invitée en résidence par l'université dans laquelle Jane et Alan travaillent. Elle est célèbre à plus d'un titre : pour son œuvre, sa beauté, ses maux de tête et son égotisme avéré. Henry, son soi-disant mari, l'accompagne..."

Abondon et déception.... (j'ai honte)

Pourtant tout était là pour me plaire : l'université, écriture féminine et anglaise, les non-dits, les couples, l'été etc...

La situation est bien posée, les couples sont là MAIS rien ne se passe. Avec les personnages présents on s'attend au contraire à quelque chose d'explosif ! Les caractères des personnages mis en place promettaient de grands moments mais je me suis lassée...

Peut-être mon abandon fut trop rapide. Je le reprendrai (peut-être!) plus tard....

(archive de l'ancien blog)

Repost 0
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 11:45

Le Poids des secrets Tome 1 - Tsubaki d'Aki Shimazaki chez Babel

2d22c3a948a0837da527df20f21ac14f.jpg"Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d'abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d'une vie familiale marquée par les mensonges d'un père qui l'ont poussée à commettre un meurtre.
Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n'échappe à son destin.
"

 

Tout commence avec la fille de Yukiko qui, à sa mort, se retrouve confronter au passé méconnu de sa propre maman. Comme sa mère a enduré la bombe de Nagasaki et y a perdu son père, tout le monde est toujours resté discret sur cette période. Mais maintenant, le mystère grandit au fur et à mesure des découvertes et les questions fusent.
On remonte donc dans le passé de Yukiko pour comprendre le poids du secret.

Magie japonaise, cruauté et suspens.... Tous les ingrédients que j'aiment !

Pour l'instant je n'ai lu que le premier de la série (de 5 au total). J'ai hâte !! 

[livre découvert sur le blog chatperlipopette - merci!]

(archive de l'ancien blog)

Repost 0
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 11:40

Eleanor Rigby de Douglas Coupland au Diable Vauvert

053254d012f5d6f0c63a31913b3a8346.jpg
Liz Dunn est obèse et seule. A près de 40 ans, elle n'attend plus grand chose de la vie. Mais un coup de fil de l'hôpital va changer sa vie... Un homme la connaît. Et il va changer sa vie.


Toute l'écriture de Douglas Coupland fait de la vie de Liz Dunn un récit rocambolesque et attachant.

Le personnage de Liz ne tombe jamais dans le pathos ou le mélo telle que sa situation de femme obèse et terriblement seule pourrait le laisser penser. Elle est ironique et détachée. Et à la fois, elle reste ouverte et s'étonne devant le bonheur qui lui arrive.
Liz ressemble un peu à nous tous. On espère avec elle et on s'étonne aussi.

 

3e35ef60fa082a1b3a35b924e413092b.jpg

J'avais lu Toutes les familles sont psychotiques du même auteur. Et je n'ai pas été déçue par ce nouveau titre.
Tout aussi déjanté, tout aussi drôle et attachant aussi. 

 (archive de l'ancien blog)

Repost 0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 11:35

** Idéal pour ceux qui aiment les sciences, de loin comme de près, l'humour noir et absurde ! **


324627c88d6577b0474b732986f63474.jpgAu fond du labo à gauche d'Edouard Launet chez Points Sciences

Ou l'absurdité des recherches scientifiques... 

"Comment faire pour se suicider avec des feux d'artifice ? Peut-on analyser la barbe à papa aux rayons X ? Un coup de foudre amoureux est il détectable au scanner ? Autant de questions essentielles auxquelles ce recueil de chroniques répond sans détour."

Des recherches scientifiques les plus farfelues, des études les plus inutiles, mais en tous cas toujours à mourir de rire ! ;) 

 

 

c7875c75696f77c8cfb5a478aa3c417a.jpgViande froide et cornichons d'Edouard Launet chez Points Sciences

Ou l'absurdité de certaines morts...

"Comptes rendus de médecine légiste et Annales de criminologie évoquent ainsi une " mort par étouffement avec un poisson vivant " et un meurtre à la débiteuse à lames circulaires multiples. Du chasseur tué - au fusil - par son chien au suicide dans une voiture par étranglement à la ceinture de sécurité, ce nouveau recueil de chroniques est un hymne à l'ingéniosité humaine et un merveilleux exercices d'humour noir - genre pour lequel la littérature scientifique est vraiment une source intarissable."

Les qualités de la plume d'Edouard Launet pour nous retranscrire les sciences sont ici aux services de la médecine médico-légale. C'est parfois dur mais toujours grinçant et drôle.

Le dernier tome (publié) de la série s'intitule

f24dc6d385785f99e373fa6ec8fe6f4b.jpgSexe Machin d'Edouard Launet chez Seuil

J'ai hâte qu'il sorte en poche !! 

Hi hi hi



(archive de l'ancien blog)

Repost 0
Eugénie en librairie - dans Essai
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 18:04

9d8e763c7ae676eee795a3bb86cc1405.jpgLes dix soleils amoureux des douze lunes de Lisa Bresner Illustré par Frédérick Mansot
chez Actes Sud Junior

« Le corbeau déployait alors ses ailes et planait doucement pour porter un soleil au milieu du ciel. C'était un moment magique! Un matin, Soleil-le-Dixième dit à sa mère - Lorsque je me suis couché, l'autre jour, j'ai aperçu Lune-la-Douzième ; elle semblait si triste et si pâle que je l'ai vue à peine quelques secondes. Je rêve de la rencontrer !... »

Un conte chinois grand et beau ! 

Une maman raconte à sa fille ce conte où un soleil tombe amoureux d'une lune et fait tout pour la retrouver. Le conte en lui-même est magnifique de poésie et richement illustré par Frédérick Mansot. On découvre dans le conte pourquoi les chinois sont jaunes de peau et pourquoi ils mangent du riz. C'est si doux et poétique...

Et le fait qu'une maman le raconte à sa fille est un prétexte à apprendre quelques signes chinois.

C'est beau, c'est poétique, c'est malin et c'est bien fait ! 

[Et puis j'ai la chance d'avoir pu faire dédicacer mon exemplaire par Frédérick Mansot lors des 10 ans de la librairie Vivement Dimanche à Lyon !]

(archive de l'ancien blog)

Repost 0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 18:00

3e2d63c2757ab32bc70b9a31d8b481b3.jpgNoël de Truman Capote chez Folio junior

Buddy a six ans. Pour lui, Noël est un moment magique qu'il aime partager avec la douce et vieille Miss Sook, sa cousine. Mais cette année, le petit garçon doit passer les fêtes de fin d'année chez son père qu'il connaît peu et qui l'intimide. Pour Buddy, Noël ne sera jamais plus comme avant..

Oh! Un livre pour enfant sur Noël et par Truman Capote!?! 

Alors oui, ce livre est bien écrit par Truman Capote et oui il parle bien de Noël mais non il n'est pas franchement pour les enfants...  

Le petit Buddy, parents divorcés, vit avec sa vieille cousine Sook. Pour Noël, son père le veut chez lui à la Nouvelle Orléans. Mais là bas, Buddy ne se sent pas bien : il est obligé de porter des chaussures, son père boit, il apprend également que Dieu et le Père-Noël n'existent pas et que son père est gigolo... (pour garder le suspens à ceux qui voudraient le lire j'ai 'caché' la fin de la phrase, il suffit de la sélectionner pour la lire !) 

Et même si Miss Sook a une très belle réponse à tout ça, on est très loin des contes de Noël féériques et magiques! Mais c'est du Truman Capote : c'est très bien écrit, on éprouve une grande compassion pour ce petit garçon.

Donc attention, ce livre très court n'est pas à mettre entre toutes les mains. (en tous cas pas entre les plus petites)

(archive de l'ancien blog)

Repost 0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 17:56

59958093951a5948ac497e270702ae78.jpgUn Enfant de l'amour de Doris Lessing chez Flammarion

Londres, été 1939. James Reid, jeune homme rêveur et qui ne vit que par les livres, embarque pour l’Inde avec son régiment. Un voyage infernal, entre solitude, ennui et maladies, commence. Pourtant, lors d’une escale au Cap, sa vie bascule : il croit trouver en Daphne, épouse de militaire qui l’héberge, la femme idéale, l’ange dont il rêvait, le grand amour dont la littérature lui a inspiré le désir quasi mystique. La réalité est tout autre…

Encore une victime de la 4ème de couverture ! Et oui, trompeuses, elles peuvent nous déstabiliser à la lecture du livre. Par exemple pour ce livre, je m'attendais (à cause de la 4ème de couverture ou à cause de ma sensibilité aux histoires d'amour ?) à une bouleversante et déchirante histoire d'amour. D'où une légère déception au début...

Mais l'histoire de ce jeune homme embarqué pour une guerre dont il ne connaît pas grand chose est bouleversante. On sent, grâce à son écriture franche, la dureté de la guerre, son quotidien que l'on ne montre pas dans les films. Au milieu de l'enfer, il croise la route d'une femme splendide qui va la hanter tout le reste de sa vie.

C'est fort et puissant.  

  (archive de l'ancien blog)

Repost 0
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 09:55
L'Enchanteur et l'illustrissime recette gâteau café-café d'Iraina Sasson de Joëlle Tiano chez Intervista

b25567340ed5690b9fc5159d46809e68.jpgA presque 101 ans, très loin de là où elle est née, Irina Sasson entretient chaque matin sa mémoire en récitant, dans les sept langues que sa destinée l'a amenée à parler, la recette du fameux gâteau café-café qui lui avait valu le succès que l'on sait dans la colonie européenne de Batenda. Surgissent alors les jours incandescents de sa vie. Des jours qui n'ont rien perdu de leur douceur ni de leur éclat, ni de leur douleur non plus.


Je suis encore dans le nuage doux et tendre de ce livre.

On suit la vie d'Irina, de Paris à ce nouveau pays qu'elle épouse en même temps qu'Adriano. Elle garde avec elle le secret de la recette du gâteau café-café qu'elle égraine dans le livre petit à petit, au rythme de ses souvenirs.
Ce livre est rempli d'amour et de chaleur.
Avec peu de phrases, on est embarqué dans une vie longue et pleine d'émotions.

Ne le ratez pas ! ;)

(archive de l'ancien blog)
Repost 0